Vendredi 25 avril 2014 5 25 /04 /Avr /2014 17:03

18866172Je suis une légende, célèbre roman de Richard Matheson (et que je m'étonne de ne pas avoir chroniqué ici - il faudra y remédier) a été plusieurs fois adapté au cinéma. En partant, du film le plus récent de Francis Lawrence, voici quelques pistes pour vous faire (re)découvrir 3 films et un livre !

Synopsis
Robert Neville était un savant de haut niveau et de réputation mondiale, mais il en aurait fallu plus pour stopper les ravages de cet incurable et terrifiant virus d'origine humaine. Mystérieusement immunisé contre le mal, Neville est aujourd'hui le dernier homme à hanter les ruines de New York. Peut-être le dernier homme sur Terre... Depuis trois ans, il diffuse chaque jour des messages radio dans le fol espoir de trouver d'autres survivants. Nul n'a encore répondu.

Mais Neville n'est pas seul. Des mutants, victimes de cette peste moderne - on les appelle les "Infectés" - rôdent dans les ténèbres... observent ses moindres gestes, guettent sa première erreur. Devenu l'ultime espoir de l'humanité, Neville se consacre tout entier à sa mission : venir à bout du virus, en annuler les terribles effets en se servant de son propre sang. Ses innombrables ennemis lui en laisseront-ils le temps ? Le compte à rebours touche à sa fin...

jesuisunelegende-copie-1.jpg The-last-man-on-Earth.jpg survivant.jpg


Will Smith est extraordinaire, les décors de New York à l'abandon, angoissants au possible. S'il y a quelques imperfections qui m'ont dérangées, elles ne viennent pas contrecarrer la force énorme qu"il y a dans ce film.
Evidemment si vous avez lu le livre de Richard Matheson ou vu les autres adaptations, vous ne vous retrouverez pas partout mais est-ce bien grave ? Matheson a créé une histoire fabuleuse qui au gré des nouvelles versions, s'enrichit, se développe. Francis Lawrence ajoute sa touche à cet univers de fin de l'humanité.
Mais si l'on re-regarde la version de Sidney Salkcow & Ubaldo Ragona avec Vincent Price (1964) ou celle encore de Boris Sagal avec Charlton Heston (1970), on s'aperçoit que Lawrence a réemployé pas mal de scènes, les réaménageant à l'identique ou les réutilisant à sa manière dans d'autres contextes. Si The last man on Earth (1964) était la version la plus fidèle au roman, Je suis une légende est un parfait mixte du livre et des deux autres versions, Le survivant / The Omega man (1970) commençant à s'éloigner du thème même du vampire pour s'attacher plus à la virologie même, quelles qu'en soient ses manifestations du moment qu'elle amène au même résultat : l'extinction de la race humaine telle que nous la connaissons.

On reprochera justement à Francis Lawrence d'avoir utilisé l'image de synthèse pour créer sa nouvelle espèce. Parfaite dans un jeu vidéo, ici elle ne s'intègre pas parfaitement, je trouve, car elle ôte justement ce qui reste de l'humain, alors qu'il faut voir dans le virus, une transformation, une évolution vers une forme nouvelle et non vers une pseudo décadence physique et morale. Néanmoins, quelques traits d'intelligence transparaissent qd même lorsque les créatures reproduisent la tactiques de Neville pour le capturer.
Les scènes communes à celle de la version de 1964 sont assez intéressantes : Les stocks de batteries et de bidons d'essence, la musique sur un vieux vinyle ou une platine CD, les vidéos d'un cirque ou celle de Schrek (à noter que dans les deux cas on trouve un âne), le chien qui est malheureusement euthanasié, les flashbacks ( même si le contenu diffère)... Mais on occulte complètement l'ail, les miroirs et autres pieux présents dans cette version ainsi que dans le livre. On s'oriente donc plus vers le film avec Charlton Heston dans lequel une guerre sino-russe provoque une épidémie qui décime la population mondiale et laisse les survivants mourir à petit feu et atteints d'une photophobie et dégénérescence des tissus. Le colonel Robert Neville, biologiste de l'armée des Etats-Unis, a été épargné grâce au vaccin expérimental qu'il s'est inoculé. Pendant deux ans, il arpente les rues de Los Angeles, vivant le jour en pillant les magasins abandonnés et se barricadant la nuit dans sa maison transformée en forteresse où de puissants projecteurs tiennent éloignés les malades noctambules. Et c'est ici que le film de Francis Lawrence rejoint Boris Sagal. Adaptation que Matheson n'a jamais vraiment reconnue tant elle commence inexorablement à s'éloigner de son idée de départ mais il est intéressant de s'y arrêter car le final de Je suis une légende reprend complètement l'orientation de 1970, discutable certes mais incontournable.
En effet, Le survivant cultive l'idée selon laquelle le sang de Neville puisse être salvateur jusqu'à assimiler Charlton Heston à un sauveur christique qui donne son sang pour sauver le monde. En ce qu'il est porteur d'espoir. Si le personnage de Will Smith contourne le problème en tentant de trouver l'antidote au travers des cobayes qu'il capture, on retrouve néanmoins la scène sacrificielle qui en fait des héros martyrs pour la sauvegarde de l'humanité. D'ailleurs, si le Neville du début du film est très croyant, il perd peu à peu sa foi après la mort de son chien mais la retrouve au travers de la femme qui lui annonce qu'un groupe de survivant existe et qu'ils peuvent les rejoindre.
Ce que l'on perd quasi-totalement dans ce nouveau film c'est l'aspect social de cette nouvelle espèce. Dans le livre comme dans le premier film, cette société s'organise, se militarise pour vaincre le dernier homme. En 1970 elle s'est regroupée en une Famille sous l'égide de Matthias, ancien présentateur télévisé, reconverti en gourou d'une secte qui entend purifier le monde de la technologie, cause du mal.
De même, le personnage du voisin et collègue de Neville (le nom du personnage m'échappe) disparaît totalement dans les deux dernières versions. Pourtant on se souvient de l'interpellation de ce dernier dans le livre : "Viens Neville, viens..."
Voilà pour les comparaisons, ils y en a pleins d'autres mais, c'est l'essentiel que j'en ressors.

Je suis une légende s'appuie aussi sur les ressorts psychologiques de la solitude et de l'abandon. L'attachement de Neville à son chien Sam, nous laisse déjà penser que le chien mourra. Mais comme l'animal apparaît dès le départ comme un personnage à part entière, il est vrai que la tension naît beaucoup de ce couple car c'est cette union qui maintient Neville hors d'une folie probable. La perte de l'animal est dans le film un moment crucial car à partir de là la psychologie de Neville est fortement bousculée. Personnellement, à partir de cet instant, je n'ai pu refouler mes larmes et elles n'ont cessé de me titiller jusqu'à la fin.

1954 Richard Matheson Je suis une légende (I am legend) (Folio)
1964 Ubaldo Ragona & Sidney Salkow Je suis une legende (The last man on Earth)
1970 Boris Sagal Le survivant (Omega man)
2007 Francis Lawrence Je suis une légende (I am legend)

Par Librairie Soleil Vert - Publié dans : CINEMA-TV
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 25 avril 2014 5 25 /04 /Avr /2014 09:50

01.jpg
Le 12 avril avait lieu la 5e édition de notre table ronde annuelle. Cette année était à l'honneur la planète Mars.

03.jpg
De gauche à droite : Dominique Guégan (librairie Soleil Vert), modératrice ; Philippe Tosi, animateur au planétarium de Nîmes ; Florence Porcel,  candidate au Projet Mars One ; Jacques Garin, créateur du site Mars & SF ; Herveline Vinchon, librairie Soleil Vert et créatrice du blog Culture Martienne.

05  06.jpg


Jacques et Herveline ont abordé la place de la planète Mars dans la littérature et au cinéma.

20140416 101616 resized

08 09


Florence a évoqué le Projet Mars One et sa motivation pour partir (sans revenir) sur la planète rouge.

2024-Mars-one.jpg
... et Philippe nous a fait un petit historique d'astronomie martienne à l'heure où Mars est au plus près de la Terre.

1659-Warren-de-la-rue-Flamm.jpg

15  18.jpg
 20


21.jpg

22.jpg  11.jpg


Remerciements
: à la mairie de Calvisson, à la communauté de communes de Sommière qui nous subventionnent.
A l'équipe de la médiathèque qui nous accueille. A Thomas Balard, illustrateur, qui nous a encore fait une superbe affiche.

Par Librairie Soleil Vert - Publié dans : NOS TABLES RONDES
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Mardi 15 avril 2014 2 15 /04 /Avr /2014 16:33

Corbeyran & Kowalski - Badlands T1 : l'enfant-hibou (2014)Quatrième de couverture
A la fin du XIXe siècle, Perla Ruiz-Tenguillo sillonne le sud de l'Amérique du Nord à la tête d'un petit groupe d'aventuriers. Son objectif : marcher sur les pas de son ancêtre, l'alchimiste Hernan Ruiz-Tenguillo. Car le monde invisible vénéré par les Indiens et décrit par son aïeul deux siècles plus tôt n'a pas disparu ! Il a été dissimulé aux yeux des blancs pour éviter que ceux-ci ne s'emparent des pouvoirs qui lui sont associés.
Perla espère bien redécouvrir cet univers situé derrière l'ultime frontière, celle de la réalité.

Gifsv25.gif Corbeyran (scénario) et Kowalski (dessin) signent ici le premier tome d'une nouvelle série BD très sympathique sur fond de western et de fantastique. Si le prolixe Eric Corbeyran peine de plus en plus, devant la multitude de scénarios qu'il signe, à trouver des histoires totalement originales, on doit lui reconnaitre de savoir utiliser ses influences à bon escient. Il mixe donc le mythe de la boîte de pandore avec les légendes indiennes et met en scène une nouvelle héroïne, Perla, une aventurière super sexy à la gâchette très facile. Soutenu par le trait de Piotr Kowalski (déjà remarqué dans un autre western : La branche Lincoln), ce premier opus se dévore avec plaisir et on ne manquera pas d'attendre avec impatience la suite.

Commander/Réserver au 04 66 74 11 86   Corbeyran & Kowalski Badlands T1 : l'enfant-hibou (Soleil)

Mots-clés : fantastique, héroine, légendes indiennes, western

Par Herveline - Publié dans : CRITIQUES : BD/COMICS/MANGA
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 15 avril 2014 2 15 /04 /Avr /2014 15:51

Robert Crais - Meurtre à la sauce cajun (1995)Quatrième de couverture
Nouvelle enquête délicate pour Elvis Cole. Jodi Taylor, actrice préférée des Américains, vient de le charger de retrouver ses parents. La jeune femme née sous X n'a qu'une angoisse : que les tabloïds découvrent ses origines avant elle. Aussitôt, Cole s'envole pour la Louisiane et entreprend d'éclaircir l'affaire avec l'aide de la séduisante avocate Lucy Chenier.
Problème : ils ne sont pas seuls. Un autre privé est sur le coup.
Et il a un temps d'avance. Quels secrets se cachent derrière la naissance de la star ? Et si cette dernière n'avait pas tout dit ? Meurtres, chantages, mensonges, le tout assaisonné d'une bonne rasade de sauce cajun. Pour percer le mystère qui entoure Jodi Taylor, Elvis Cole va devoir s'enfoncer dans le bayou… Une inconnue : Joe Pike arrivera-t-il à temps pour l'en sortir vivant ?

Gifsv25.gif Sorti en 1995, ce roman de Robert Crais n'était pas encore sorti en poche. C'est donc une sorte de "nAtchafalaya_Basin.jpgouveauté" qui permet de redécouvrir l'auteur américain et ses deux personnages récurrents : Le très drôle Elvis Cole et l'énigmatique Joe Pike. Cette fois c'est en Louisiane qu'on accompagne les deux détectives, l'opportunité pour nous de découvrir la culture et la gastronomie cajun, les bayous et l'héritage colonial.
Un opus où Cole rencontrera aussi l'amour.
Loin des thrillers sanguinolents, la série de Robert Crais est un savant mélange d'enquête policière, de romanesque, d'humour et de détails dépaysants qui n'a comme seul but que de détendre son lectorat.
A lire aussi du même auteur L.A. Requiem

Robert Crais Meurtre à la sauce cajun (Voodoo River) (Pocket)

Mots-clés : chantage, Cole & Pike, Louisiane, trafic

Par Herveline - Publié dans : CRITIQUES : POLICIER THRILLER
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

RECHERCHE

LA LIBRAIRIE

Librairie spécialisée en fantasy, fantastique, science-fiction, polar, BD, jeunesse et jeux. Vente de livres neufs et d'occasion. Commandes clients pour toutes les autres littératures. (sous réserve de comptes ouverts chez certains distributeurs/ diffuseurs). Vente par correspondance. Le blog : critiques et résumés de livres.
Librairie Soleil Vert
15 Grand Rue, 30420 Calvisson
T : 04 66 74 11 86  @ : soleilvert30@orange.fr

Accès : Entre Nîmes et Sommières, sur la D40, Calvisson centre

BOUTIQUE EN LIGNE

Blogs thématiques Soleil Vert

 

CMlogo 15

logorobida

AUTRES LITTERATURES

CERCLE SOLEIL VERT

Blog Action-Suspense Blog Culture Martienne
Blog Albert Robida Blog Dommage !
Blog Ansible Lectures de l'Oncle Paul
Portail partenaire CobaltOdyssée Blog Questions SFFF

LECTEURS DE PASSAGE

Il y a  4  personne(s) sur ce blog

  • Flux RSS des articles

PARTENAIRES

regionLR.jpg

drac.jpg

calvisson.jpg

CCPS---NOUVEAU-LOGO.jpg

logo-AACC1.jpg

gard-lozere.jpg

Association Caravaunage

 
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés