René Frégni - La fiancée des corbeaux (2011)

Publié le par Dom

René Frégni - La fiancée des corbeaux (2011)

René Frégni - La fiancée des corbeaux (2011)

Quatrième de couverture
René Frégni marche chaque jour sur les chemins où ses filles ont couru, grandi, avant de partir vivre leur vie. Seul désormais, il sillonne inlassablement une Provence brûlée par l'été et le gel. Dans un décor âpre et sauvage, il croise d'étranges silhouettes : un vieil homme sans mémoire regarde comme des fantômes les arbres qu'il a plantés, un truand qui a passé vingt-sept ans dans l'ombre des prisons lui raconte les lambeaux solitaires et violents de sa vie, une femme d'une mystérieuse douceur traverse des champs de neige suivie, de loin en loin
par un nuage de corbeaux. Comme une suite a "Elle danse dans le noir", ce journal est un chant d'amour qui monte des vastes déserts de pierre et de lavande que l'on découvre dès que l'on quitte Banon, Manosque ou Moustiers-Sainte-Marie, un chant mélancolique et lumineux ; un voyage parfois cruel vers la tendresse et la beauté.

Gifsv25.gifDans ce récit les jours s’égrènent au rythme de la vie de l’auteur, au cœur de la Haute-Provence où il est installé.  Les heures défilent lentement, car René Fregni n’est pas pressé, sa fille est partie faire ses études. Il navigue entre Vinon-sur-Verdon, Manosque et ses environs, Marseille, et nous fait tout simplement partager son quotidien, sa contemplation des âmes et des lieux, des saisons qui se succèdent. Force est de constater que le lecteur non plus n’est pas pressé car il passe un très beau moment.
L’écriture est belle, émouvante, mélancolique, et l’on entend presque le silence, même en suivant l’auteur dans ses errances observatrices, voyeuses parfois. On prend plaisir à observer la vie des gens de tous les jours, mais aussi à regarder fleurir la nature, à voir courir le vent, marcher dans la neige, manger des yeux la confiture, en avoir l’eau à la bouche. On sent chez René Fregni  la même curiosité, la même avidité à connaître les personnes, et à les accepter comme ils sont qu’il s’agisse de son vieil ami devenu sénile, de son copain l’ancien détenu qui veut écrire sa vie, ou encore de ces inconnus qui vivent en face, et dont on partage l’intimité à leur insu, avec vue sur leur salle de bains.
Ecrire, à la main, toujours, partager ces instants simples, et puis lire, observer, parler, d’Isabelle, la belle Fiancée des Corbeaux, ou de sa fille, partie étudier à Montpellier, vivre sa vie et ses amours. Ce livre est un beau témoignage qui donne à la fois envie de connaître René Frégni et la belle région de Haute-Provence, d’apercevoir par la fenêtre les lavandes du plateau de Valensole.

Commander au 0466741186 René Frégni
La fiancée des corbeaux
(Folio)

9782070448289

Mots-clés : autobiographie, journal, Manosque, Marseille, méditerranéen, Haute-Provence

Commenter cet article