Nick Barlay - La femme d'un homme qui (2009)

Publié le par Herveline

Nick Barlay - La femme d'un homme qui (2009)Quatrième de couverture
Que faire quand votre mari est retrouvé mort dans une chambre d'hôtel dans des circonstances pour le moins incongrues ? Pour Joy Fisher, c'est l'évidence : il faut reconstituer le puzzle de sa vie cachée.
Vincent travaillait-il au sein d'une entreprise de cosmétiques ou évoluait-il dans les eaux glauques des réseaux criminels européens ? Sans s'en douter, Joy entame sa descente aux enfers dans les brumes de l'Allemagne et de la Belgique. Et le mystère de cette épouse à l'esprit noyé d'alcool et de psychotropes supplante peu à peu celui de son défunt mari...

Gifsv25.gifChef d'oeuvre ! Tu t’es demandé comment tu allais commencer cette chronique. Une bonne partie de la nuit. Et puis ce matin, encore. Tout le temps où tu as été plongée dans le noir, tout te paraissait clair, d’une fluidité impressionnante. Mais aux lueurs de l’aube, lorsque tu as tiré le clavier et taper les premières lettres, tu as eu peur, peur que tous tes arguments, toute ta diatribe nocturne s’évapore. Tu n’avais pas pensé une seconde que cet OLNI (objet littéraire non identifié) aurait raison de toi. Tu avais pourtant été prévenue… ou pas.
Et tu t’es mise à écrire, oh, sans comparaison avec Nick Barlay, bien sûr. Quelle prétentieuse tu serais. Mais tu l’as fait et tu as parlé, longtemps, d’un chef-d’œuvre, d’un monument incontournable. Tu es allée chercher au plus profond de toi ce qui l’avait rendu si différente, si atypique, si déstabilisante cette histoire de la Femme d’un Homme qui, ou l’inverse, ça marche aussi. Tu t’es souvenu des univers de David Lynch, de Philip K. Dick et d’une réalité qui pouvait être distendue, malmenée, manipulée.
Tu as perçu la folie latente, la profondeur d’une âme meurtrie, la complexité à voir, à exprimer autrement que par l’oubli de soi, l’alcool, la non-faim, les Pilules Magiques et tu as entrepris, malgré toi, cette road-story, ce jeu de piste psychologique, immersif, aux côtés de Joy. Tu n’as pu te détacher de son destin, car, le marionnettiste Nick tenait bon les ficelles, les siennes, les tiennes. Il a tellement emmêlé savamment tout ça que tu as su, trop tard que tu étais prise au piège de l’identification. Ta réalité, la sienne ne faisait plus qu’une. Et tu n’as plus levé les yeux. Car tu savais que si tu interrompais ce lien, tu ne comprendrais plus rien à rien, que tu lâcherais prise et que tu ne recroiserais plus de sitôt un tel personnage.
Tu as tenu bon, malgré les digressions et les introspections, parfois drôles, loufoques, métaphoriques. Tu as croisé des visages étranges, vécu des situations rocambolesques, basculé dans un univers parallèle au tien où tu te voyais évoluer comme Joy se voit par les yeux froids d’une caméra… ou croit, ou pense, ou veut se voir. Elle t’a baladée dans la quête d’identité de son défunt mari, prétexte, à se retrouver elle-même. Elle t’a déployé tout un jargon imagé et auto-critique, t’a fait entrer dans sa tête par le "tu" inhabituel de la narration et finalement t’a emmenée jusqu’au bout. Là où le point de non-retour est indéfinissable, là où une lueur d’espoir et de bonheur semble transparaître. Mais tu n’en es pas totalement sûre. Parce que tu ne penses pas qu’il puisse y avoir une seule version, la tienne ou la sienne. Tu comprends qu’il faudra du temps, des échanges, d’autres lectures d’autres chroniqueurs, pour effleurer qu’un dixième d’une bonne interprétation.
Bref, tu as lu un grand livre, magistralement écrit, psychologiquement fort, qui te marquera un très long moment.

Commander au 0466741186  Nick Barlay
La femme d'un homme qui (The wife of a man who)
(Quidam)

9782915018653

Mots-clés : alcoolisme, anorexie, drogue, folie, perception de la réalité, psychologie, road story, traumatisme

Commenter cet article

Maryazelli 06/03/2012 10:25


Votre chronique, remarquable, m'a immédiatement donné envie de commander "La Femme de l'homme qui..."


J'ai lu, dévoré, nuit blanche -  Hypnotique, Addictive - un trait de masochisme.


En un mot comme en cinq: "qui te prend aux tripes" et aux neurones tant qu'à faire...

magali 12/01/2012 16:34


ça c'est de la chronique! ça donne envie d'aller y voir...

Herveline 16/01/2012 10:08



Merci Magali. Elle reste atypique et je me suis vraiment amusée à la rédiger. C'était un chouette exercice de style.



Yan 12/01/2012 06:29


Un très beau roman, en effet. Déstabilisant, étrange et étrangement hypnotique. Une véritable expérience de lecture.  Ça vaut le coup de l'essayer. Et bravo pour le travail sur la chronique.
C'est réussi!

Herveline 12/01/2012 07:41



Merci Yan. J'ai rajouté le lien vers ton blog.