Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marlen Haushofer - Le mur invisible (1963)Quatrième de couverture
Voici le roman le plus célèbre et le plus émouvant de Marlen Haushofer, journal de bord d’une femme ordinaire, confrontée à une expérience-limite. Après une catastrophe planétaire, l’héroïne se retrouve seule dans un chalet en pleine forêt autrichienne, séparée du reste du monde par un mur invisible au-delà duquel toute vie semble s’être pétrifiée durant la nuit. Tel un moderne Robinson, elle organise sa survie en compagnie de quelques animaux familiers, prend en main son destin dans un combat quotidien contre la forêt, les intempéries et la maladie. Et ce qui aurait pu être un simple exercice de style sur un thème à la mode prend dès lors la dimension d’une aventure bouleversante où le labeur, la solitude et la peur constituent les conditions de l’expérience humaine.

Gifsv25.gifQuelques fois c'est vous, lecteurs, qui nous conseillez des livres. Et nous remercions celui, il se reconnaîtra, qui nous a mis ce roman dans les mains. Ouvrage grandement littéraire mais dont le point de départ réside en un fait récurrent du genre SF, à savoir un cataclysme sans-doute nucléaire (ou assimilé), Le mur invisible, à l'instar de La route de McCarthy, est totalement inattendu tant dans sa forme que dans son sujet.
Écrit en 1963, en pleine Guerre Froide, il met en scène une femme, seule survivante dans une vallée autrichienne, protégée du désastre par un mystérieux mur qui l'a préservée des dégâts.
De l'autre côté du mur, tout semble figé : les hommes, les animaux, les insectes, les oiseaux ; plus rien ne bouge, plus rien ne vit, un monde pétrifié.
Deux ans après les faits, elle décide d'écrire son histoire en se basant sur des calendriers annotés, des notes éparses ou ses simples souvenirs.
Le texte est écrit d'une traite sans aucun chapitre. Absence de dialogues évidemment dans ce parfait monologue puisque ses seuls compagnons vivants sont les animaux du chalet où elle se trouvait lors de la catastrophe.
La littérature ne manque pas de portraits féminins forts mais ici la femme se retrouve seule en prise avec une nature hostile qui l'oblige à organiser sa survie tel un Robinson mais sans son Vendredi. A la place, Lynx, le chien, Bella, la vache et la vieille chatte et son petit Tigre, puis Taureau la descendance de Bella.
Ce texte fort dont la redondance des situations est inévitable mais habilement menée pour éviter toute lassitude touche le lecteur au plus profond de lui-même. Les relations que cette femme va entretenir avec la terre, avec la nature et les animaux, devenus ses seuls compagnons de route, ne cesse de nous bouleverser. Cette femme ordinaire mais plutôt urbaine, va devoir apprivoiser son environnement. D'abord à l'aide d'almanachs trouvés dans la bibliothèque du chalet, ensuite par instinct. Elle se laissera d'ailleurs aller à quelques réflexions intéressantes, tant au niveau de ses semblables que des hommes en particulier.
Un roman dur, contemplatif, touchant, magnifique !

Une post-face très intéressante de Patrick Charbonneau permettra également de mieux découvrir l’œuvre de la romancière autrichienne et d'avoir aussi quelques clés pour encore mieux apprécier ou décoder Le mur invisible.

Une excellente adaptation cinématographique a été réalisée en 2012 par Julian Roman Pösler.

Marlen Haushofer
Le mur invisible (Die Wand)
(Babel)


Mots-clés : Autriche, animaux, destin de femme, nature, post-apocalyptique, robinsonnade, seul au monde, survie

Bonus : la bande-annonce du film


 
Tag(s) : #SCIENCE-FICTION, #POST-APOCALYPTIQUE, #DESTINS DE FEMMES, #JOURNAL, #AUTRICHE, #ANIMAUX, #SURVIE, #NATURE, #HÉROÏNES, #FIN DE L'HUMANITÉ, #ADAPTATION TV-CINÉ

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :