Johan Héliot - La guerre des mondes n'aura pas lieu (2010)

Publié le par Herveline

Johan Héliot - La guerre des mondes n'aura pas lieu (2010)Quatrième de couverture
Londres, 1887.
Le jeune Herbert G. Wells rêve de devenir écrivain. Puisque son roman a été refusé par tous les éditeurs, il décide d'embarquer pour l'Amérique. On dit que là-bas, tout à l'ouest, se trouve une cité idéale...
Mais c'était compter sans un événement de taille : l'apparition d'un navire spatial tout droit arrivé de Mars ! À son bord, un fuyard est venu prévenir les hommes d'une catastrophe imminente : une grande invasion se prépare, qui menace rien moins qu'éliminer la race humaine.
Quand Johan Heliot pirate H.G. Wells... Un cocktail détonant d'humour et d'aventures !
Johan Heliot, né en 1970, est l'un des auteurs les plus talentueux de l'imaginaire francophone.

Gifsv25.gifCoup de coeur ! Merci, merci, merci. Johan Heliot vient de me faire passer un de mes meilleurs moments de lecture de ce mois ! Ce roman traînait sur mes étagères depuis un moment (3 ans ?). Et hier, bing ma main s'est porté dessus et... je ne l'ai plus lâché.
Héliot vient s'ajouter à la liste des auteurs français que j'affectionne tout particulièrement pour leur style
(Ferric, Khara, Cavalier, Nicolas...). Tous ont ceci en commun qu'ils nous emportent dans des aventures dont on ne peut s'échapper et qui font écho à cette littérature populaire que j'aime tant. Pour le roman de Johan Héliot, les raisons de mon engouement sont plus que multiples :

- le style enlevé et saupoudré d'humour à la façon des feuilletonistes de la fin XIXe, début XXe. Vous n'aurez donc jamais de diatribes interminables même lorsqu'on parlera d'utopie, de paradoxe temporel ou d'injustice sociale. La profondeur et la réflexion sont délaissées au profit unique du divertissement et croyez-moi, de temps en temps ça fait du bien !
- les hommages aux genres de la  scientific romance
(qu'on appellera ensuite : science-fiction) dont H.G. Wells est un des meilleurs représentants, l'aventure, le romanesque, le western.
- les références : à Wells, bien sûr, puisqu'il en est le héros (avec ses martiens et son voyage dans le temps). à Jules Verne (on pense ici au Tour du monde en 80 jours et Voyage au centre de la terre) par qui de nombreux lecteurs sont arrivés à la littérature d'aventure, à une figure emblématique du roman populaire, celui de la femme, rarement farouche, toujours prête à suivre son fiancé partout, faire-valoir qui révèle bien souvent un esprit aventureux (et cela se termine souvent par leur mariage à la fin), aux pastiches en tous genres y compris cinématographiques avec un côté western-spaghetti magnifiquement illustré ici par trois lascars peu recommandables à qui il arrivera bien des mésaventures.
-  l'imaginaire martien : La guerre des mondes (çà c'est déjà dans le titre) mais aussi John Carter (le Cycle de Mars) de Edgar Rice Burroughs, figure emblématique du genre qu'Héliot fait revivre en lui donnant un rôle prépondérant ; sans oublier un endroit qui ne cesse d'attirer les foules : la ville de Roswell, sur quoi l'auteur nous révèle quelques secrets bien gardés.
- l'époque : fin XIXe, avec, agréablement distillés, des détails qui ajoutent au "dépaysement" : c'est l'heure de la conquête de l'ouest, et d'un Eden convoité avec en décor les ruelles encore boueuses de San-Francisco, des prouesses industrielles avec ces gigantesques paquebots qui se lançaient dans les grandes traversées transatlantiques (l'ombre du Titanic plane), la construction des gratte-ciels à New-York, l'arrivée de l'électricité, (on croisera d'ailleurs aussi Thomas Edison).

Quel plaisir donc d'entrer dans cette histoire bourrée d'aventures, d'actions, d'humour et de rebondissements. Du pur divertissement où l'équilibre des genres est extrêmement bien maîtrisé.
Publié chez Mango, éditeur "à priori" jeunesse, ce n'est absolument pas comme tel que j'ai abordé ce roman (mais je reconnais avoir retrouvé l'émotion de mes premières lectures, celles qui m'ont amenée à mon métier) et je ne doute pas un instant qu'il puisse plaire à TOUT le monde : pré-ados, ados (pour une bonne introduction à Wells ou à Verne), adultes et surtout/et même à des gens qui ne pensent pas aimer lire.


Commander/Réserver au 04 66 74 11 86  Johan Héliot
La guerre des mondes n'aura pas lieu !
(Mango)

9782740426289

Mots-clés : aventure, Etat-Unis, hommage, littérature populaire, Mars, pastiche, tout public, utopie, voyage dans le temps, Wells

Commenter cet article

Alice 25/08/2013 13:52


Je suis abonnée à l'autre blog aussi


Tu ne spoile pas tant que ça. Donner des caractéristiques, ce n'est pas dévoiler l'ensemble de l'intrigue.

Spooky 21/08/2013 16:39


j'avais pour ma part découvert Johan Héliot avec son premier roman, La Lune seule le sait, déjà ancré dans cette époque si particulière qu'était la fin du XIXème siècle, ayant pour héros un
certain Jules Verne. Et j'avais été aussi enthousiaste que toi pour celui-ci, y trouvant exactement les mêmes motifs de satisfaction. Du coup je pense que je vais chercher moi aussi ce
titre...

Herveline 24/08/2013 12:38



Oui, je l'avais déjà repéré. Et maintenant que j'ai la certitude de ne pas être déçue, je m'y plongerai encore plus volontiers. En attendant un peu de spoils martiens ici. Bise



Alice 20/08/2013 21:31


Quel enthousiasme !


OK, je le mets sur ma liste.

Herveline 24/08/2013 12:36



Si tu veux en savoir plus, j'ai relancé mon Blog Culture Martienne. Je ne sais pas si tu y vas de temps en temps. Si tu ne crains pas le spoil ;-), c'est ici


 



Oncle Paul 20/08/2013 18:58


Bonjour


J'aime ce genre de romans de science-fiction qui touche à l'uchronie avec des personnages célèbres qui vivent peut-être un épisode qu'ils ont ou auraient rêvé connaître. Je connaissais déjà Johan
Heliot de nom, va falloir que je me penche sur son cas !
Amitiés.

Herveline 24/08/2013 12:34



Cher Paul,  tu pourras en savoir plus (sûrement trop) puisque je viens de le décortiquer sur Culture Martienne. Merci d'ailleurs de t'y être inscrit. J'espère que tu y trouveras quelque
intérêt.