Jean d'Aillon - L'obscure mort des Ducs (2002)

Publié le par Dom

Obscure-mortQuatrième de couverture
Alors que Louis XIV assiste impuissant à la disparition inexorable d'une partie de sa descendance, Trois-Sueurs et le duc de Saint-Simon parviendront-ils à innocenter le cousin du roi Philippe d'Orléans ? Celui-ci est en effet au cœur d'une terrible machination : on l'accuse d'être l'empoisonneur du duc de Bourgogne, de son épouse et de leur fils, le petit duc de Bretagne. Les vrais coupables seront-ils confondus et la justice pourra-t-elle triompher ? En Provence à la fin du règne de Louis XIV les aventures extraordinaires du brigand Trois-Sueurs dans une période déjà très troublée où la débauche et le crime gangrènent la cour de France.

Gifsv25.gifJean d’Aillon  mélange avec subtilité les enquêtes à rebondissements de ses héros, les décors, les coutumes de l’époque (ici le XVIIIe siècle), et les faits historiques avérés, d’ailleurs il jalonne ses romans de références à des faits et à la littérature qui y fut consacrée. Ici, point de répit pour le lecteur, qui aura envie de dévorer avec gourmandise ces quatre aventures de l’ancien brigand surnommé « Trois-sueurs » (qui en garde quand il le faut les manières, mais toujours dans un esprit chevaleresque). Il est vrai que c’est un vrai bonheur de lecture, tant les intrigues sont originales, et le contexte historique réaliste ! C’est bien écrit, parfaitement rythmé, et documenté. On tremble d’horreur, de froid (voire d’effroi), ou de plaisir, et c’est un régal.  Si vous pensez que les femmes et les enfants ne sont que des êtres innocents et sans défense, même au XVIIIe siècle,  si vous croyez que la Provence est un « pays » chaud, ou si vous voulez savoir comment (peut être) la peste a semé la mort sur Marseille, n’attendez plus, ouvrez les pages de ce livre qui vous promet une douce évasion au fil des pages !


Commander au 0466741186 Jean d'Aillon
L'obscure mort des Ducs
(Labyrinthes)

9782702432990

Mots-clés : Aix, enquêtes, Marseille,  méditerranéen, peste, Provence, Trois-sueurs

Commenter cet article