Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

desolations.jpgQuatrième de couverture
Sur les rives d'un lac glaciaire au cœur de la péninsule de Kenai, en Alaska, Irene et Gary ont construit leur vie, élevé deux enfants aujourd'hui adultes.
Mais après trente années d'une vie sans éclat, Gary est déterminé à bâtir sur un îlot désolé la cabane dont il a toujours rêvé. Irene se résout à l'accompagner en dépit des inexplicables maux de tête qui l'assaillent et ne lui laissent aucun répit. Entraînée malgré elle dans l'obsession de son mari, elle le voit peu à peu s'enliser dans ce projet démesuré. Leur fille Rhoda, toute à ses propres rêves de vie de famille, devient le témoin du face-à-face de ses parents, tandis que s'annonce un hiver précoce et violent qui rendra l'îlot encore plus inaccessible.
Après Sukkwan Island, couronné par le Prix Médicis 2010, le second roman de David Vann est une œuvre magistrale sur l'amour et la solitude. Désolations confirme le talent infini de son auteur à explorer les faiblesses et les vérités de l'âme humaine.

Gifsv25.gifNous avions déjà chroniqué ici Sukkhan Island  et savions d'ores et déjà que nous devrions compter sur David Vann dans l'avenir. Nouvel arrivé dans le paysage de la littérature américaine, il n'est en rien un auteur de polar. Mais nous sommes sensibles aux tragédies qu'il décrit et à la façon dont il les aborde. Aussi, faire l'impasse sur cet auteur alors même qu'il devient incontournable serait sacrilège. Dès lors que nous avons décidé de le suivre, nous nous devons aujourd'hui de continuer à le soutenir.
Désolations est donc à nouveau un drame familial. Les parents (Irène & Gary), cinquantenaires, se battent contre les démons de leur vie, un vie pleine de regrets, sans amour, qui semble désormais n'être rattachée qu'à un unique projet, la construction d'une cabane sur une des îles de Skilak Lake, alors que les éléments de la nature commencent à se déchaîner à l'entrée de l'hiver. Leurs enfants trentenaires (Rhoda & Marc), restés sur le continent mènent des vies complètement différentes. La première, vétérinaire, ne rêve que d'une demande en mariage qui tarde à venir de la part de son dentiste de compagnon Jim ; le second, éternel ado, vit avec sa copine barmaid, Karen, une existence de dilettante faite de drogue et de pêche. Un troisième couple, plus jeune, d'une vingtaine d'années, extérieur à la famille ne sera pas en reste non plus. Car au delà des individus, de leurs rêves, de leurs attentes, de leurs déceptions, il y est aussi question d'idéaux trans-générationnels, voire intemporels. L'insouciance et l'arrogance de la jeunesse, l'envie de consolidation et la peur de
la perte de son pouvoir de séduction de l'âge mûr, les souvenirs, les regrets, les désillusions de la maturité. Dans cette histoire chacun tente désespérément de se raccrocher à une bouée de sauvetage. Une cabane, un mariage, des amants, la liberté et pourtant on est très vite conscient de la tragédie que provoquera tous ces faux semblants. On ne sait juste pas quand.
David Vann nous décrit avec puissance la douleur des états d'âme et la futilité de ceux qui n'en n'ont pas. Il entre dans les têtes et dans les coeurs et touche au plus profond des êtres. Il offre une analyse extrêmement touchante et bouleversante de la vie de couple, de ce qui peut les faire fusionner ou éclater. Il prend en compte les traumatismes lointains, la crainte permanente de voir se reproduire d'une génération à l'autre les mêmes erreurs. Il évoque la difficulté de communiquer, de voir et expose les fuites en avant et l'incapacité de savoir ou de pouvoir crier à l'aide. On notera que le seul qui saura le faire, le jeune étudiant Carl, abandonné par sa petite amie, laissé sans le sou, appellera sa mère au secours et qu'elle ne le repoussera pas. Mais cette unique lumière d'espoir ne suffit pas à éclairer des années de frustrations et de non-dits.
En arrière-plan de ce drame qui se profile, la nature joue aussi un rôle prépondérant. Belle pour les contemplatifs, elle devient hostile pour ceux qui la subissent. Ces grands espaces blancs et gelés, sont propices aux rêves mais quand la rigueur du quotidien s'empare des esprits, le fantasme devient une prison pour ceux qui n'auront pas su s'en éloigner à temps. On comprend bien la difficulté de nouer des relations humaines saines quand une grande partie de la population préfère dès qu'elle le peu redescendre vers des états plus accueillants. David Vann met clairement le doigt sur la peur de la solitude ; de l'isolement engendré par
ces régions isolées, glacées, sauvages et le simple fait d'être avec quelqu'un doit suffire à être rassurant. Mais au prix de quelle vie !
Encore un grand roman, bouleversant.

David Vann
Désolations (Caribou Island)
(Gallmeister Totem)

9782351785256

Mots-clés : Alaska, drame familial, psychologie, suicide

Tag(s) : #LITTERATURE, #FROID, #ALASKA, #USA, #DRAME FAMILIAL, #PSYCHOLOGIE, #ÎLE, #VANN DAVID

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :