Jeffery Deaver - Dix-huit heures pour mourir (1995)

Publié le par Herveline

Jeffery Deaver - Dix-huit heures pour mourir (1995)Quatrième de couverture
Dans un abattoir désaffecté, au coeur des plaines du Kansas, trois criminels en cavale se sont retranchés, retenant en otages huit écolières sourdes-muettes et leurs enseignantes. Lou Handy, le meneur psychopathe, place très haut ses enchères meurtrières : il abattra une fillette par heure s'il n'obtient pas satisfaction.

Pour Arthur Potter, le négociateur dépêché par le FBI, commence le bras de fer le plus éprouvant de sa carrière. Il trouvera une alliée en la personne de Melanie, l'une des enseignantes, atteinte du même handicap que ses élèves : un handicap qui peut aussi constituer un atout, puisque les ravisseurs ne comprennent pas le langage de leurs victimes...
Cette course contre la mort, qui met en scène de façon remarquablement sensible et documentée l'univers des sourds-muets, nous mène sans une seconde de répit jusqu'à l'affrontement et au retournement ultimes.

Tout ce que voulez savoir sur les prises d'otages, vous le trouverez dans Dix-huit heures pour mourir. Ce roman liste toutes les procédures, tous les risques, toutes les difficultés rencontrés par un négociateur. Cas de conscience, mensonges, négociations, manipulations, priorités, intérêts divergeants, vous n'aurez plus besoin de lire autre chose sur le sujet, tout est là, du moins pour ce qu'il en est aux Etats-Unis. On pourra trouver un peu le temps long, au début, mais pensez à ces pauvres filles enfermées dans leur abattoir... elles justifient quelques pages en trop. Néanmoins, tenu en haleine, vous le serez encore plus quand sur les 100 dernières pages, un retournement de situation capte toute votre attention.
C'est donc un roman qui monte en puissance dont on pourra aussi retenir l'évocation rare du handicap - ici les otages sont sourdes et muettes - et de la difficulté à communiquer que cela engendre ou, à l'inverse, de l'avantage d' avoir développé d'autres sens, d'autres langages. Ce thriller peut donc aussi avoir dans une certaine limite une valeur pédagogique.

Commander au 0466741186 Jeffery Deaver
Dix-huit heures pour mourir (A maiden's grave)
(Calmann-Levy)

9782702125731

Mots-clés : handicap, Kansas, négociateur, polar, prise d'otages, sourds-muets

Commenter cet article

La Petite Souris 21/02/2012 15:44


ah oui effectivement ca met l'eau à la bouche! il m'a l'air beaucoup mieux que le dernier que je viens de lire de lui ! allez, il aura droit à une seconde chance c'est promis !^^