Otfrid von Hanstein - Jusqu'à la lune en fusée aérienne (1929)

Publié le par Herveline

Otfrid von Hanstein - Jusqu'à la lune en fusée aérienne (1929)Otfrid von Hanstein - Mond-Rak I (1929)Résumé
En l'absence de quatrième de couverture, voici un résumé du début pour vous mettre l'eau à la bouche : Financé par le Roi du Pétrole, Joe Allister, Waldemar Apel construit une fusée qui devrait l'amener avec son pilote le Dr Egbert Helmouth jusqu'à la stratosphère et retomber sur Terre. Mais la veille du lancement, trois reporters trop curieux déclenchent l'allumage. L'un deux arrive à s'enfuir, alors que les deux autres se retrouvent projetés vers l'espace en compagnie d'Helmouth, arrivé in extremis avant le malencontreux décollage.
Alors que l'île artificielle qui portait la fusée est complètement détruite, les survivants pensent que l'engin sidéral  a été tout aussi désintégré. Alors qu'en fait, il a non seulement atteint la stratosphère mais se dirige aussi inexorablement vers la Lune.

Ce roman paru en 1928 en Allemagne, est, comme tous ces vieux livres de SF, un petit bijou. On imagine bien à 12 ans tomber sur un bouquin pareil et vouloir ensuite absolument devenir astronaute. 40 ans plus tard, Apollo XI se posera réellement sur la Lune et encore 40 ans plus tard, nous nous apprêtons à nous réapproprier notre satellite pour en faire une base transitoire pour les futures missions martiennes.
C'est donc rigolo de lire ce bouquin traduit en France en 1948 par Tancrède Vallerey et finement illustré par Maurice Toussaint. S'il est construit comme un roman d'aventures, bourré de rebondissements, d'humour, d'amour et autres ingrédients de la littérature populaire de l'époque, on y trouve aussi beaucoup de renseignements scientifiques. Il y a donc comme pour Destination Mars de Patrick Moore, une volonté de vulgarisation qui rend la lecture à la fois passionnante et pédagogique. Bien sûr, il faut relativiser cette dernière n'ayant pas recherché la véracité des données exposées.
Néanmoins et en plus de tout ceci, l'imaginaire de Hanstein est très riche, bien que clairement influencé par Jules Verne ou Wells, ce dernier qu'il mentionne d'ailleurs, alors qu'un des protagonistes fait le rêve étrange de nains sélénites.
Il évoque d'abord une île artificielle, Nova Atlantis, puis une fusée qui pourrait, en retombant dans l'océan, se métamorphoser en sous-marin pour rejoindre la côte ; des combinaisons à l'aspect de scaphandres protègent les "pseudos" astronautes du froid extérieur - à la fin du roman, il sera même installé une sorte de récepteur dans le casque pour pouvoir parler entre eux  ; une sortie dans le cosmos assez réaliste joue avec les nerfs du lecteur et même durant le périple lunaire qui consiste à rechercher de l'oxygène et de l'hydrogène pour faire redécoller la fusée, l'angoisse du manque d'oxygène, la survie, les accidents, les égarements géographiques et psychologiques nous tiennent en haleine.
Une seule chose semble ne jamais vraiment s'épuiser, ce sont les vivres. A croire, que malgré un vol prévu seulement pour deux personnes et consistant en un simple aller-retour, le risque de perdition des aliments avait été plus qu'anticipé. Nos astronautes se préservent de sauter un repas et celui-ci est toujours bien arrosé.
On sourit aussi des commentaires présomptueux et condescendants d'Helmouth vis à vis de ces compagnons de fortune. Ces derniers sont sans cesse assimilés à des gosses sans cervelle, sans jugement et surtout sans esprit pratique. Bref, l'aide ne pouvant arriver d'eux, c'est de l'extérieur, de la Terre, qu'il faudra espérer quelques miracles. Et bien sûr, nos héros se sortiront toujours in extremis de toutes les situations les plus dangereuses qu'il soit donné à quelqu'un de vivre.
C'est par l'amour que porte la fille du milliardaire Allister à Helmouth qu'arrivera le salut grâce à un sauvetage spatial géré de main de maître par elle et le savant Waldemar Apel.

Commander au 0466741186  Otfrid von Hanstein
Jusqu'à la Lune en fusée aérienne (Mond-Rak I)
(Nathan) Epuisé

Mots-clés : aventure spatiale, fusée, île, invention, journalistes, Lune, sélénites, survie

Commenter cet article

Patrick S. VAST 07/07/2009 20:17

Il est vrai que tous ces pionniers ont ouvert des univers merveilleux. Et avec les années on ne peut que les trouver très innovants et porteurs de rêves. Pour les jeunes lecteurs cela constiue une mine inépuisable. Et pour les moins jeunes aussi.