Robin Cook - J'étais Dora Suarez (1990)

Publié le par Dom/Herveline

Robin Cook - J'étais Dora Suarez (1990)Quatrième de couverture
"Donnez-moi la main, vous tous, les vivants et les morts, et accordez une pensée, pendant un moment de générosité, à la pauvre Dora Suarez qui n'aurait jamais dû mourir à trente ans, massacrée à coups de hache." Trois personnes sauvagement assassinées à domicile, en moins de trois heures et dans un rayon de deux kilomètres, voilà qui est assez inhabituel, même à Londres. Brusquement réintégré dans la police en raison de cette boucherie cauchemardesque, l'officier chargé de l'enquête entame une singulière descente aux enfers de l'horreur. Et puisqu'il n'existe aucune loi qui rende le crime impossible, il décide de combler lui-même cette lacune. Par tous les moyens. La crudité des scènes de meurtres, l'art du détail, la lente progression de la narration, font de ce roman sur l'impuissance d'aimer un "roman en deuil" comme se plaît à le définir l'auteur, un incontournable chef-d'œuvre.

Coup de coeur. On entre dans ce roman sans round d'observation. C'est sans doute aussi ce qui le rend si percutant. Le tueur, personnage odieux, torturé, malade, écœurant, apparait dès la première page. Son univers est totalement glauque, sans aucun signe d'humanité, et l'on sait d'emblée que le meurtre de Dora sera un acte d'une extrême barbarie. Tom, qui réintègre la police après avoir été suspendu, est un personnage sans aucune concession, que ce soit avec ses collègues, les témoins, ou sa hiérarchie. Il va découvrir le corps de Dora, et son journal intime. C'est lui qui tout au long de l'enquête va nous faire faire connaissance avec Dora, nous faire entrer dans son intimité, et habité littéralement son personnage. En fait, il est hanté par ce meurtre, par cette vie volée au point de tomber amoureux de Dora. La traque de cet assassin psychopathe nous plonge dans des univers d'une extrême violence, avec des pratiques que l'on a même du mal à s'imaginer. C'est réellement très noir et tout à fait répugnant, mais la narration est tellement subtile que l'horreur n'est jamais indécente et ne tombe jamais dans le grotesque.
J'étais Dora Suarez est digne de figurer dans toutes les bonnes bibliothèques polar, par la force de ses personnages, la finesse de son récit et les frissons que procure la traque de ce tueur immonde.

Commander au 0466741186  Robin Cook
J'étais Dora Suarez (I was Dora Suarez)
(Rivages/Noir)

9782869304765

Mots-clés : enquête, noir, pervers, prostituée, psychopathe, violence

Commenter cet article

Oncle Paul 20/01/2012 17:29


Bonjour


Un roman noir en effet qui donne froid dans le dos et l'on ne voudrait pas être dans la peau du tueur. Un roman qui m'a laissé un goût amer et parfois j'avais envie de laisser tomber le livre
pour prendre un bon suspense ou énigme en chambre close.


Amitiés