Pavel Hak - Sniper (2002)

Publié le par Soleil Vert - Herveline

Pavel Hak - Sniper (2002)Quatrième de couverture
"Mon devoir est de tuer. Frapper mortellement (en une fraction de seconde) ce qui est condamné à mort. Par qui ? Pourquoi ? La guerre n'admet pas de questions." Un homme part à la quête de sa famille, prisonnière de la terre gelée. Un groupe de fuyards se faufile entre les bombes. Des femmes violées, laissées pour mortes, trouvent la force de se rebeller. Et dans le viseur du sniper embusqué, déjà plus rien ne bouge... Une guerre, n'importe laquelle, n'importe quand, n'importe où. Un tueur assoiffé de mort qui ne sait plus s'il est vivant. Un texte splendide et suffocant de vérité, dont vous ne sortirez pas indemne. "Cent pages éblouissantes de fureur et de férocité, parmi les plus fortes qu'on ait jamais lues. Un diamant impeccablement taillé, démonstration à couper le souffle de la puissance de la fiction."

Pavel Hak : Né en 1962, ce romancier tchèque exilé en France depuis une quinzaine d'années est diplômé en philosophie à la Sorbonne. Sniper est son second roman, écrit en français.

Sur fond de guerre intemporelle quatre récits épouvantables s'entremêlent. Les réflexions hallucinées d'un tireur d'élite, la folie d'un homme cherchant à tout prix à retrouver les cadavres des membres de sa famille, les horreurs perpétuées sur les prisonnier(e)s pendant que quelques fuyards tentent désespérément de rejoindre la frontière salvatrice. Quelques scènes (de viols et de tortures) insupportables jalonnent ce livre noir et pourtant aussi cru et violent que cela puisse paraître, il est difficile d'y voir de la gratuité dans ce qui apparaît comme étant une vision hypra réaliste de la guerre dans toute son atrocité. Comme pour Ces Hommes dans la Jungle de Norman Spinrad, voilà une réflexion sur la violence, la guerre et sur le devenir de l'Homme. Âmes sensibles s'abstenir.

Commander au 0466741186  Pavel Hak
Sniper
(Librio)

9782290334119

Mots-clés : guerre, sniper, violence

Publié dans POLAR-THRILLER, GUERRE, VIOLENCE

Commenter cet article