Robert Silverberg - L'homme dans le labyrinthe (1969)

Publié le par Soleil Vert - Herveline

Robert Silverberg - L'homme dans le labyrinthe (1969)Quatrième de couverture
« Muller vivait depuis neuf ans dans le labyrinthe. Maintenant, il le connaissait bien. Il savait ses pièges, ses méandres, ses embranchements trompeurs, ses trappes mortelles. Depuis le temps, il avait fini par se familiariser avec cet édifice de la dimension d'une ville, sinon avec la situation qui l'avait conduit à y chercher refuge. »Tous les hommes qui avaient tenté de pénétrer dans le labyrinthe de Lemnos avant Muller étaient morts d'une façon atroce. Tous ceux qui avaient essayé de l'y rejoindre par la suite avaient été massacrés. Aujourd'hui, Ned Rawlins a reçu l'ordre de ramener Muller sur la terre, sa planète natale. Qui, neuf ans auparavant, l'a impitoyablement chassé...

Né en 1935, Robert Silverberg, extraordinairement prolifique, est aujourd'hui considéré comme l'une des légendes vivantes de la science-fiction américaine. Quatre fois lauréat du prix Nebula et cinq fois du prix Hugo, il est l'auteur d'œuvres inoubliables, telles que Les ailes de la nuit,
Les monades urbaines, L'oreille interne, ou Le château de Lord Valentin.

Une histoire en huit-clos dont on ne sort que par quelques flashbacks ; à peine des bouffées d'air suffisantes pour échapper au décor étroit de ce labyrinthe. Un portrait de ville à l'architecture dantesque, qui se suffit à elle-même. Un portrait d'homme aux ondes néfastes, vivant en ermite dans cette ville perdue sur une planète lointaine, loin de toute humanité.  En plongeant dans cet univers, il faudra s'armer de sang froid, de courage et d'humilité car atteindre un tel homme ne peut se faire sans un parcours du combattant qui tient autant du physique que du moral. La morale, en fait. Celle qui a abandonné ceux qui ont poussé cet homme à s'exiler au profit de leur égoïsme. Mais qu'en est-il si ce minautore du futur, tant éprouvé, rejeté, malade, s'avère être le seul qui puisse sauver cette humanité qu'il a en retour complètement reniée. Une des meilleures œuvres de Robert Silverberg.
A noter que l'architecture de la ville et de ces pièges rappellera des œuvres comme Le village enchanté de Alfred Van Vogt (une nouvelle martienne), la novella d'Alistair Reynolds Diamonds dogs  ou encore le film de Vincenzo Natali Cube.

Commander au 0466741186  Robert Silverberg
L'homme dans le labyrinthe (The man in the maze)
(J'ai lu SF)

9782290332887

Mots-clés : architecture, autre civilisation, contact extraterrestre, huis-clos, labyrinthe, pièges, racisme, science-fiction, solitude, ville

Commenter cet article