Mercredi 17 décembre 2008 3 17 /12 /Déc /2008 10:21

Stieg Larsson - Millenium T1 (2006) Quatrième de couverture
Ancien rédacteur de Millénium, revue d'investigations sociales et économiques, Mikael Blomkvist est contacté par un gros industriel pour relancer une enquête abandonnée depuis quarante ans. Dans le huis clos d'une île, la petite nièce d'Henrik Vanger a disparu, probablement assassinée, et quelqu'un se fait un malin plaisir de le lui rappeler à chacun de ses anniversaires. Secondé par Lisbeth Salander, jeune femme rebelle et perturbée. Placée sous contrôle social mais fouineuse hors pair, Mikael Blomkvist, cassé par un procès en diffamation qu'il vient de perdre, se plonge sans espoir dans les documents cent fois examinés, jusqu'au jour où une intuition lui fait reprendre un dossier. Régulièrement bousculés par de nouvelles informations, suivant les méandres des haines familiales et des scandales financiers. Lancés bientôt dans le monde des tueurs psychopathes, le journaliste tenace et l'écorchée vive vont résoudre l'affaire des fleurs séchées et découvrir ce qu'il faudrait peut-être taire. A la fin de ce volume, le lecteur se doute qu'il rencontrera à nouveau les personnages et la revue Millenium. Des fils ont été noués, des portes ouvertes. Impatient, haletant, on retrouvera Mikael et sa hargne sous une allure débonnaire, et Lisbeth avec les zones d'ombre qui l'entourent, dans Millénium 2 : La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette et dans Millénium 3 : La Reine dans le palais des courants d'air.

On ne peut pas échapper à cette désormais et déjà mythique trilogie. Ces livres ont battu tous les records de vente en Europe dès sa sortie. Il est vrai que sa réputation n'est pas usurpée. L'intrigue se place dans une île, au sein d'une famille richissime. On y fouille dans le passé monstrueux des Vanger, et nos héros sont des personnages d'une originalité déconcertante. Tout est réuni pour que cette trilogie devienne un grand classique du genre. Dès que vous plongerez dans l'univers de Millenium, vous ne pourrez plus en sortir. Malheureusement, et c'est peut être aussi ce qui attise le mythe, l'auteur, Stieg Larsson, est décédé quelques jours après avoir déposé les manuscrits chez son éditeur... Il n'y aura donc pas de tome 4.... Quoi que, selon une légende qui circule .....

Commander/Créer une alerte   Stieg Larsson Millenium Les hommes qui n'aimaient pas les femmes (The girl with the dragon tattoo) (Actes sud)

Mots clés : disparition, île, journaliste, milliardaire, psychopathes, Suède

Par Dominique - Publié dans : CRITIQUES : POLICIER THRILLER
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 14 décembre 2008 7 14 /12 /Déc /2008 18:05

Jean-Pierre Andrevon - Tous ces pas vers l'enfer (2008) Quatrième de couverture
Il suffit de prendre le train. Et de se laisser aller. C'est toute sa vie qui défile ainsi. Mais elle est si vite finie.
On perd un être cher. Mais est-il vraiment perdu ? Parfois, pour en retrouver la trace, il suffit d'un rien...
Dans les rues, il y a ceux que l'on ne nomme pas, qu'on ose à peine regarder. Pourtant, il suffit de s'en approcher, ils ne sont pas si répugnants. Plutôt... attirants !
Naturellement, on peut choisir ses vacances. À l'occasion d'un concours qui promet monts et merveilles, par exemple. Mais ce qui vous attend à l'arrivée... mieux vaut ne pas tenter l'expérience !
De toute façon, la seule route pour en sortir vraiment, c'est celle qui mène... mais vous savez bien où !
Jean-Pierre Andrevon est l'auteur de plus de cent livres allant de la SF au polar, du fantastique à la littérature générale, des ouvrages pour la jeunesse à l'érotisme. Il nous offre ici, en sept nouvelles et un court roman inédit, Des vacances gratuites, huit facettes d'un fantastique quotidien, panorama insolite de l'inquiétude urbaine.
L'ombre de Buzzati plane sur ces textes, qui appartiennent néanmoins à la veine la plus personnelle de l'auteur.

Un recueil empli de nostalgie, d'angoisses et d'émotions. Jean-Pierre Andrevon a quitté les chemins de la science-fiction, le temps d'évoquer de grands thèmes universels comme le temps qui passe, la vie après la mort, le déclin de la société, le couple en perdition, les points de non retour. Sans doute, ce livre très personnel n'arrivera-t-il pas à percer toutes les carapaces dont l'être humain ce recouvre. Il est fort, troublant et déprimant. Peu d'optimisme, donc, jusqu'à l'évocation d'une renaissance qui n'est même pas perçue comme un instant d'espoir, jusqu'au gouffre de l'enfer que quelques diablotins ne rendent même pas drôle, jusqu'à cette sensation de la vie qui passe, qui se consume inexorablement, des gens qui disparaissent, naturellement, bêtement. Même quand la poésie pénètre le texte Le cimetière de Rocheberne, la beauté des phrases n'efface pas la mélancolie qui en émane.
Ainsi donc, mieux vaut avoir un état d'âme similaire à celui de l'auteur pour en goûter toutes les effluves. Sinon, prévoyez d'ores et déjà une lecture plus légère pour succéder à celle-ci , qui n'en n'est pas moins belle, pour autant.

Contient :
Dans le train
Une enfant perdue
Le Sacrifice
Si nombreux !
Le Cimetière de Rocheberne
Des vacances gratuites
Tu n'as pas fini d'en baver
Il suffit d'un rien

Commander/Créer une alerte   Jean-Pierre Andrevon Tous ces pas vers l'enfer (Glyphe)

Mots-clés : au-delà, enfer, érotisme, insectes, métaphore, mort, mutants, nostalgie, train, voyage

Par Herveline - Publié dans : CRITIQUES : SF FANTASTIQUE & FANTASY
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 13 décembre 2008 6 13 /12 /Déc /2008 18:13

John Wyndham - Le jour des triffides (1951) Quatrième de couverture
Lorsque Bill Masen se réveille dans son lit d'hôpital, après une semaine passée les yeux bandés, il pense avoir manqué le spectacle du siècle : une pluie d'éclats de comète qui a illuminé le ciel d'éclairs verdâtres. Il ne le sait pas encore mais son destin et celui de la planète entière viennent de basculer. En effet, si les bandages de Bill l'ont sauvé d'une cécité définitive, la quasi-totalité de l'humanité est devenue aveugle.
De petits groupes tentent de s'organiser pour survivre mais c'est compter sans les triffides, ces mystérieuses plantes capables de se déplacer et qui semblent bien décidées à profiter de la faiblesse des humains survivants pour les anéantir...
Chef d'oeuvre de la science-fiction post-apocalyptique, Le Jour des Triffides a été adapté au cinéma sous le titre La Révolte des Triffides.

John Wyndham (1903 - 1969) débute sa carrière dans les années trente et rencontre le succès dans les années cinquante avec son titre le plus célèbre, Le Jour des Triffides. Il publie d'autres romans catastrophe dont Le Village des damnés
qui connut plusieurs adaptations cinématographiques.

Dans ce livre catastrophique, les hommes sont d'abord affaiblis par un rayonnement cosmique qui les rend complètement aveugles. Ils deviennent par la suite la proie facile de plantes vénéneuses, dénommées triffides, ayant la particularité de pouvoir se déplacer, communiquer et "apprendre" par expérience. Seuls certains, restés miraculeusement voyants, tentent de survivre et de s'organiser.
En suivant le narrateur dans un Londres en panique, puis au travers de la campagne anglaise, on ne saurait évoquer les similitudes avec La guerre des mondes de H.G. Wells dont s'est indubitablement inspiré John Wyndham. De la même façon, le monde en décrépitude, les moments de solitude et les scènes de barricades contre les triffides ont sûrement orienté Richard Matheson pour son roman Je suis un légende. Un roman donc à la croisée des genres : lutte contre l'envahisseur, survie de l'humanité. Mais au-delà de l'action, nous lisons une succession de réflexions sur l'évolution humaine. Comment survivre, comment s'entraider, comment s'organiser ? Que les solutions soient militaires, scientifiques, libertaires ou rétrogrades, chacun tente de se trouver un but, une voie. Tout cela en étant de plus en plus menacés par les plantes vénéneuses qui deviennent toujours plus nombreuses. Mais que sont-elles en fait ? Vous pourriez être déçus car les réponses ne sont que conjonctures de même que la cause des rayonnements d'abord assimilés à une comète, ensuite peut-être, à une explosion atomique.
Ce roman a la particularité d'être intemporel. John Wyndham nous rappelle qu'en tout temps, l'évolution technologique et scientifique peut générer des peurs, des risques, des déviances. Et c'est sans compter les réactions humaines face à ces problèmes. Il est donc question de survie, certes, mais aussi de politique, de société, d'organisation, de solidarité et de reconstruction.

Commander/Créer une alerte   John Wyndham Le jour des triffides (The day of the triffids) (Folio SF)

Mots-clés
: cécité, fin de l'humanité, post-apocalyptique, réorganisation, survie


Bonus

Par Herveline - Publié dans : CRITIQUES : SF FANTASTIQUE & FANTASY
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Samedi 13 décembre 2008 6 13 /12 /Déc /2008 11:51

Gilles Del Pappas - Le baiser du congre (1998)
Quatrième de couverture

Marseille, il paraît que pour faire une bonne bouillabaisse, il suffit de lever une girelle frétillante, d'ajouter un vieux pêcheur corse, son pointu, le soleil et quelques belles calanques. A mi-cuisson, jetez dans le bouillon un flic psychopathe, un Noir Marron véreux, une introuvable mine d'or et deux, trois meurtres sanglants ! Et moi, Constantin dit le Grec, j'étais loin d'imaginer l'engambi monstre que ça allait donner, même la Bonne Mère n'avait jamais vu ça !


Ouvrir un roman de Gilles Del Pappas, c'est un peu comme partir en week-end au soleil. C'est un ticket pour l'aventure, la découverte des petits coins que seuls connaissent les vrais Marseillais.
Ouvrez bien grand les mirettes et les esgourdes pour profiter du paysage qui s'étale de l'Estaque jusqu'à Cassis et ses calanques sauvages, mais aussi entendre le bruit de la mer et le cri des oiseaux. Après une croisière au large du vieux Port près des Iles du Frioul que le fantôme d'Edmond Dantès hante encore, vous irez boire un verre et déguster une bouillabaisse dans ‘le Panier' ou une soupe au Pistou chez Esther ! Tout un programme que vous a concocté Constantin. Il vous donne même les recettes ! C'est qu'il lui en arrive des aventures au Grec... Les cadavres s'amoncellent, les flics véreux sont à ses trousses, et les belles girelles ne sont jamais loin.
La magnifique couverture du livre résume à elle seule les couleurs qui décorent chaque page de ce livre, premier opus des aventures de Constantin. De belles aventures pour un vrai héros des temps modernes.

Commander/Créer une alerte   Gilles Del Pappas Le baiser du congre (Jigal)

Mots clés : aventure, Constantin, Marseille, mine d'or

Par Dominique - Publié dans : CRITIQUES : POLICIER THRILLER
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

RECHERCHE

LA LIBRAIRIE

Librairie spécialisée en fantasy, fantastique, science-fiction, polar, BD, jeunesse et jeux. Vente de livres neufs et d'occasion. Commandes clients pour toutes les autres littératures. (sous réserve de comptes ouverts chez certains distributeurs/ diffuseurs). Vente par correspondance. Le blog : critiques et résumés de livres.
Librairie Soleil Vert
15 Grand Rue, 30420 Calvisson
T : 04 66 74 11 86  @ : soleilvert30@orange.fr

Accès : Entre Nîmes et Sommières, sur la D40, Calvisson centre

BOUTIQUE EN LIGNE

Blogs thématiques Soleil Vert

 

CMlogo 15

logorobida

AUTRES LITTERATURES

CERCLE SOLEIL VERT

Blog Action-Suspense Blog Culture Martienne
Blog Albert Robida Blog Dommage !
Blog Ansible Lectures de l'Oncle Paul
Portail partenaire CobaltOdyssée Blog Questions SFFF

LECTEURS DE PASSAGE

Il y a  8  personne(s) sur ce blog

  • Flux RSS des articles

PARTENAIRES

regionLR.jpg

drac.jpg

calvisson.jpg

CCPS---NOUVEAU-LOGO.jpg

logo-AACC1.jpg

gard-lozere.jpg

Association Caravaunage

 
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés