Prochaine rencontre : vendredi 19 septembre à 18h30

gruckert-300.jpg Fabienne Gruckert, romancière gardoise, ayant passé beaucoup de temps dans son enfance dans la région de Sommières et principalement à Calvisson, viendra présenter son dernier roman Caravane ainsi que ces deux récits précédents : Le secret des cabaniers et Les décalés.
Nous la recevrons dans le cadre d'une rencontre durant laquelle elle nous présentera elle-même ses romans, nous parlera de ses inspirations et répondra aux questions des lecteurs.

Une séance de dédicace suivra.
Vendredi 19 septembre à 18h30 à la librairie Soleil Vert.
Samedi 3 janvier 2009 6 03 /01 /Jan /2009 12:22


Par Librairie Soleil Vert - Publié dans : EVENEMENTS
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mercredi 31 décembre 2008 3 31 /12 /Déc /2008 14:05

Scott Westerfeld - V-virus (2005) Quatrième de couverture
Morgane vida son verre, je vidai le mien ; nous en vidames quelques autres. Ensuite, mes souvenirs deviennent de plus en plus flous. Je me rappelle seulement qu'elle avait un chat, une télé à écran plat et des draps de satin noir. Par la suite, tout ce qu'il me restait de ma soirée, c'était une assurance auprès des femmes, des superpouvoirs qui commençait à se manifester, ainsi qu'un penchant pour la viande saignante.
Avant de rencontrer Morgane, Cal était un étudiant new-yorkais tout à fait ordinaire. Il aimait la fête et les bars, la vie insouciante du campus. Il aura suffi d'une seule nuit d'amour, la première, pour que sa vie bascule. Désormais, Cal est porteur sain d'une étrange maladie.Ceux qui en sont atteints ne supportent plus la lumière du jour, fuient ceux qu'ils ont aimés et ont une fâcheuse tendance à se repaître de sang humain. Des vampires d'un genre nouveau...

Vous croyiez tout connaître des vampires ? Glabres, élancés, canines proéminentes, immortels, tel un Dracula, un Nosfératu ou un Vlad Tapes ? Et bien le mythe évolue toujours, collant à une réalité moins gothique qu'urbaine et moderne. Ici, les vampires, mais appelez-les plutôt « peeps », ils préfèrent, sont des humains contaminés par un virus vieux de milliers d'années et qui continue d'évoluer, sans cesse, se transmettant au gré de l'évolution humaine et animale. Rats, chats, humains, plus rien n'est à l'abri d'un chaos latent.
Scott Westerfeld crée une nouvelle mythologie axée sur l'évolution biologique et la science parasitaire. Une envolée sombre au sein d'une ville et de ses sous-sols, un panorama cru de ses micro-bactéries qui tiennent en joue notre système immunitaire. Ne cherchez pas bien loin. Sida, MST ne sont que des manifestations reconnues de ses parasites. Et les vampires dans tout ça ? Des malades comme d'autres avec la simple particularité d'haïr ce qu'ils aimaient avant. Mais pire que tout, le v-virus qui les habite est redoutable de conséquence. La propagation se fait autant sexuellement que par un simple baiser ou le simple souffle d'un matou ronronnant. Les symptômes : la faim, l'abomination ; le remède, s'il y en a un, vous le découvrirez en vous plongeant dans ce roman palpitant, novateur, noir, teinté d'humour décalé.

Commander/Créer une alerte   Scott Westerfeld V-Virus (Peeps) (Milan/Macadam)

Mots-clés : animaux, chats, contamination, libre-arbitre, parasites, rats, vampires, virus

Par Herveline - Publié dans : CRITIQUES : SF FANTASTIQUE & FANTASY
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 31 décembre 2008 3 31 /12 /Déc /2008 10:22

Christian Grenier - Virus L.I.V.3 ou la mort des livres (1998)
Quatrième de couverture
Face à la tyrannie des Lettrés qui ont interdit tous les ordinateurs au profit du livre, les Zappeurs propagent un virus qui efface les mots à mesure qu'ils sont lus.
Seule Allis est capable d'identifier l'inventeur du virus et de trouver un antidote ...




"To Ray Bradbury, of course" (A Ray Bradbury, bien sûr). Telle est la dédicace faite en début de livre à l'auteur de Fahrenheit 451. Si Christian Grenier rend effectivement hommage à ce roman dans lesquels les livres sont prohibés et brûlés par des pompiers, il met en place ici une intrigue inversée opposant une société totalitaire qui impose le livre dans tous les foyers et établissements publics, à une organisation d'internautes prête à tout pour revendiquer le droit à l'image et à l'internet. Malheureusement, le virus créé pour déstabiliser les institutions de Lettrés s'avère bien plus destructeur que prévu. Le résultat : les mots s'effacent en cours de lecture laissant des pages blanches pendant que le lecteur, lui, se trouve plongé virtuellement au cœur même du roman.
Il faut voir dans l'œuvre de Grenier, non pas une fissure entre les deux supports que sont le papier et le virtuel, mais au contraire une ouverture vers la tolérance, l'acceptation des deux modes d'expression et d'appréhension, la complémentarité possible entre ceux qui n'ont aucune raison de s'opposer.
Bref, vous l'aurez compris, ce livre débouche sur plusieurs interrogations et débats autour de la viabilité et l'interaction du livre et la virtualité de l'internet, des jeux vidéo, des forums de rencontre, du droit à l'expression sous toutes ses formes. Notez d'ailleurs que dans l'univers de L.I.V.3, personne n'a le droit de parler en public sans avoir au préalable obtenu un certain document, le PPP. Si notre société n'a pas encore atteint ce stade de manipulation et de surveillance (quoi que...), il n'en est pas moins qu'on peut commencer à se poser des questions sur l'avenir du livre dans les années à venir face au e-book qui, après plusieurs années de stand-by, semble reprendre du poil de la bête, se rendant plus accessible financièrement, face aux bibliothèques virtuelles ou au téléchargement d'œuvres via le net etc... Sans compter la source inépuisable d'informations que représente la toile et les univers et mondes virtuels, véritables sociétés, qui s'organisent parallèlement plongeant les internautes et leurs avatars dans des réalités pixellisées.
Une chose est sûre, ce livre peut être lu par tout le monde, petits et grands. Malgré une histoire d'amour un peu mièvre mais qui sera plaisante pour les plus jeunes, l'abus des sigles qui nécessite l'usage d'un petit lexique dans les dernières pages et des surnoms quelques peu débilitants (La ZZZ : Zone des Zappeurs-Zinzins), le roman est plaisant, ludique, pédagogique. Christian Grenier insère de nombreuses références qui pourront ouvrir des horizons littéraires aux plus curieux ; on y parle de Céline, de Cendrars, de Kafka et même de la collection Duo (Harlequin). Quant aux noms des personnages, ils appellent à un petit jeu de déduction et de culture générale rigolo. Quelques exemples dévoilés :
Allis C.L. Wonder : Alice au pays des Merveilles (Wonder = "merveilleux" en anglais) de Lewis Caroll
Emma G.F. Croisset : Madame Bovary de Gustave Flaubert (Emma Bovary & Croisset la ville où habitait Flaubert)
Céline L.F. Bardamu : Voyage au bout de la nuit de Louis-Ferdinand Céline (Bardamu en est le héros)
Vous trouverez les autres si ça vous amuse.
Sans doute faut-il voir aussi quelques clins d'œil de part et d'autres comme dans les titres de chapitres : "L'heure du web" pouvant rappeler L'heure du wub de Philip K. Dick etc...

Commander/Créer une alerte   Christian Grenier L.I.V.3 ou la mort des livres (Livre de poche jeunesse)

Mots-clés : Bradbury, cyborg, handicap, internet, livres, totalitarisme, virtuel, virus

Par Herveline/Dom - Publié dans : CRITIQUES : JEUNESSE
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 25 décembre 2008 4 25 /12 /Déc /2008 18:48

Edgar Allan Poe - Le scarabée d'or (1843)
Quatrième de couverture

William Legrand s'est retiré en compagnie d'un ancien esclave, nommé Jupiter, sur une île dépeuplée, au large de la Caroline, dans le Sud-est des États-Unis. Il découvre un jour un étrange scarabée et un parchemin mystérieux. Bientôt, la quête d'un trésor fabuleux abandonné par le fameux capitaine Kidd, un redoutable pirate, l'obsède...


Cette "longue" nouvelle contient à elle seule nombre des éléments qui confèrent à Edgar Poe sa renommée. C'est un incroyable conteur, doué pour tenir en haleine son lecteur. Il s'attache, par chaque détail, à nous emmener dans cette course au trésor avec un plaisir croissant.

Commander/Créer une alerte   Edgar Allan Poe Le scarabée d'or (The gold bug) (Hachette jeunesse)

Mots-clés : littérature classique, déduction, trésor

Par Dominique - Publié dans : CRITIQUES : POLICIER THRILLER
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

RECHERCHE

LA LIBRAIRIE

Librairie spécialisée en fantasy, fantastique, science-fiction, polar, BD, jeunesse et jeux. Vente de livres neufs et d'occasion. Commandes clients pour toutes les autres littératures. (sous réserve de comptes ouverts chez certains distributeurs/ diffuseurs). Vente par correspondance. Le blog : critiques et résumés de livres.
Librairie Soleil Vert
15 Grand Rue, 30420 Calvisson
T : 04 66 74 11 86  @ : soleilvert30@orange.fr

Accès : Entre Nîmes et Sommières, sur la D40, Calvisson centre

BOUTIQUE EN LIGNE

Blogs thématiques Soleil Vert

 

CMlogo 15

logorobida

AUTRES LITTERATURES

CERCLE SOLEIL VERT

Blog Action-Suspense Blog Culture Martienne
Blog Albert Robida Blog Dommage !
Blog Ansible Lectures de l'Oncle Paul
Portail partenaire CobaltOdyssée Blog Questions SFFF

LECTEURS DE PASSAGE

Il y a  5  personne(s) sur ce blog

  • Flux RSS des articles

PARTENAIRES

regionLR.jpg

drac.jpg

calvisson.jpg

CCPS---NOUVEAU-LOGO.jpg

logo-AACC1.jpg

gard-lozere.jpg

Association Caravaunage

 
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés