Stéphane Bourgoin - Qui a tué le dahlia noir ? (2014)

Publié le par Soleil Vert - Dominique

Stéphane Bourgoin - Qui a tué le dahlia noir ? (2014)

Stéphane Bourgoin - Qui a tué le dahlia noir ? (2014)

Quatrième de couverture
La plus grande énigme de l'histoire criminelle américaine enfin résolue. 15 janvier 1947, Los Angeles. Le cadavre coupé en deux d'Elizabeth Short, le "Dahlia Noir", est découvert sur un terrain vague. Vidé de son sang et lavé. Elle a été gardée prisonnière pendant plusieurs jours afin d'être soumise à d'innommables tortures, tenues secrètes à ce jour par la police de Los Angeles. Aujourd'hui, Stéphane Bourgoin vous dévoile le monstrueux rituel du tueur.
L'analyse de la scène de crime et les pratiques hors normes de l'assassin prouvent, sans l'ombre d'un doute, qu'il n'en est pas à son premier forfait. 1934-1950, Cleveland, Ohio. 1939-1940, New Castle et Stowe Township, Pennsylvanie. Un serial killer mutile et décapite hommes et femmes. Il lave et vide de leur sang les corps de ses victimes. Et il pratique un rituel similaire à celui du Dahlia Noir.
Vingt ans d'investigations et l'analyse de milliers de "cold cases" ont mené Stéphane Bourgoin sur la piste de l'un des pires tueurs en série américain, et d'élucider ce crime légendaire, une hypothèse validée par les célèbres "profilers" de l'Académie nationale du FBI, à Quantico. Spécialiste mondialement reconnu des serial killers, Stéphane Bourgoin nous livre dans cet ouvrage le résultat de sa quête obsessionnelle.

Depuis plus de 25 ans qu’il enquête sur la psychologie et les modes opératoires des tueurs en série, on peut dire que Stéphane Bourgoin a acquis une véritable expertise dans ce domaine, qui lui permet de reconnaitre les similitudes entre les affaires, d’écarter les pistes quand certains détails ne « collent » pas, et de faire des déductions pertinentes. Certes, on peut penser que tout a déjà été dit, écrit sur ce crime vieux de près de 70 ans ! Mais à la lecture du livre on constate quand même que pas mal de théories fantaisistes ont circulé, et que d’autres pistes qui semblaient intéressantes ont été curieusement négligées.
Ce qui rend ce récit tout à fait prenant, c’est qu’il est rédigé un peu comme un roman (un thriller donc) dans lequel une voisine commence par découvrir ce qui ressemble à un mannequin démembré dans un terrain vague. En présence d’un enfant, elle ne veut pas s’approcher pour vérifier, mais prévient la police. Nous sommes en Janvier  1947. Le « mannequin démembré » se nommait Elizabeth Short. C’est le début de l’affaire du Dahlia noir. A partir de là, Stéphane Bourgoin explore le déroulé de l’enquête, et les hypothèses qui se succèdent dans les bureaux de la police de Los Angeles, puis au fil des années, aux Etats-Unis, dans la Presse, dans la littérature, et dans les biographies ! C’est extrêmement documenté, avec les dates, les références, les détails, et cela permet de faire le rapprochement avec d’autres affaires et des tueurs en série qui sévirent sur l’ensemble des Etats-Unis à cette époque. Comme dans un thriller, on a envie de tourner les pages pour savoir qui est l’assassin, on avance avec l’enquêteur, on ferme avec lui petit à petit les portes des hypothèses une à une jusqu’à l’hypothèse finale la plus plausible.
Alors bien sûr, si vous êtes un tout petit peu sensible aux descriptions réalistes (rappelons qu’Elizabeth Short a été découverte sectionnée en deux au niveau de la taille et mutilée) vous aurez peut-être quelques haut-le-cœur à la lecture des crimes des années 30, 40 et 50 d’outre Atlantique, mais c’est surtout dans la psychologie des tueurs, et des enquêteurs que nous entrons en ouvrant ce livre, et c’est tout à fait envoûtant !

Stéphane Bourgoin
Qui a tué le dahlia noir ? L'énigme enfin résolue
(La mécanique générale)

9791095776000

Mots-clés : années 40, faits divers, sérial killer, tueurs en série, USA

Commenter cet article